© 2019 - Pierre Giner

CNAPn

 

Site Web et installation
Commande publique
Centre National des Arts Plastiques / 2011

« Entrer dans une collection par une œuvre, être une parmi les autres pour les approcher discrètement et provoquer des rencontres inattendues.

 

Cette expérimentation visuelle modifiera notre regard.

La force des œuvres doit perturber le plan des joueurs en créant une situation opposée à celle qu’ils attendaient, les forçant à être en état d’éveil permanent, comme l’était le chasseur-cueilleur se déplaçant pour se nourrir. Le visiteur nomade du site choisira les œuvres de son exposition de la même façon. Peut- être que comme cela l’art apparaîtra naturellement. »

Patrick Bouchain,
in « Cnap N (N milliards de collections)

une expérience curatoriale de Pierre Giner », 2011 

Entre musée imaginaire et jeu sérieux, «CnapN» est emblématique de la façon de travailler «en collaboration» de l’artiste Pierre Giner. Ce générateur de collections, commande publique du ministère de la Culture, s’appuie sur les réserves numérisées du Centre national des arts plastiques (Cnap) pour proposer une révolution sen- sible de l’exposition.

Le visiteur conçoit son parcours à partir d’un mot clé qu’il entre comme on cherche une information dans un moteur de recherche. Le programme explore alors la documentation inscrite dans les bases des acquisitions du Cnap (entre 1998 et 2008). S’ébauche alors une vraie-fausse architecture, où le mot transformé en mur s’habille de cimaises numériques, offrant au visiteur une exposition ultrapersonnali- sée, une parmi «n» possibilités.

Cette génération infinie d’expositions clé en main bouscule le rôle des commissaires comme elle décompose le travail d’artistes réduits à quelques mots dans une base de données. Elle pose la question du statut de l’œuvre, de l’image au temps de sa reproductibilité. Elle-même s’étire comme une «méta-œuvre», de l’installation au site inter- net en passant par l’application mobile, du versant numérique jusqu’à «l’auto-book», ce document que le visiteur peut imprimer ou envoyer pour garder une trace papier de sa propre « re-collection ».

Si « Cnap N » donne le vertige (comme tout bon jeu vidéo qui se respecte: le «game over» est l’un des principes d’un genre où la machine «est plus forte que toi»), c’est qu’il ouvre des pistes inédites de démocratisation, de reproduction, de documentation autour de l’art et des collections publiques. «J’aime l’apparente naïveté des objets proliférants qui produisent un potentiel dont on sait qu’il n’est pas vrai, mais dont on accepte la possibilité qu’il puisse l’être, explique Pierre Giner. La fiction résulte de ce contrat préalable et implicite entre le spectateur et l’artiste.» 

Navigation site CNAPn (extrait)

Cnap N (N milliards de collections)

Catalogue CNAPn 1/2 (extrait), 2011 

édition papier CNAPn 

 CNAPN.BrochureA5_web.pdf  (4.13 Mo) 

 CNAP.BrochureA4_web.pdf  (6.47 Mo)